Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques, Films, lectures, découvertes, redécouvertes d'artistes, de groupes d'albums musicaux

26 Jul

Bertrand Tavernier : La Princesse de Montpensier - 2010

Publié par obiwanagain  - Catégories :  #Films - Cinéma

La-Princesse-De-Montpensier_fichefilm_imagesfilm.jpgRetour au cinéma avec un Réalisateur dont je n'apprécie pas particulièrement les films.

Mais je dois avouer que le casting de ce travail a beaucoup joué sur mon envie de visionner ce film.

 

Nous sommes en 1562, la France est gouverné par le roi Charles IX, nous sommes en pleine guerre de religions.

L'histoire commence par la désertion du Comte de Chabannes, qui ne supporte plus les tueries, les massacres des innocentes (une vie est une vie ;) ). Il trouve refuge auprès du Prince de Montpensier auquel il a tout appris. Celui-ci doit épouser Marie de Mézières qui est éperduement amoureuse du cousin: Henri, Duc de Guise.

Au coeur d'une France prise en pleine guerre de religions, nous assistons à une histoire d'amour et à tout ce qu'elle peut engendrer à cette époque: jalousie, convoitise, richesse et Devoir.

Le film est plitôt réussit, on passe un bon moment et on a le plaisir de se plonger ou de se replonger au XVIe siècle. Bertrand Tavernier a su jouerentre les images de deux extrèmes: la noblesse raffinée et la guerre civile à laquelle participe ces Ducs et Princes.

 

 

Venons en aux acteurs maintenant. L'exercice est, ici, périlleux de par des dialogues assez difficle à jouer et assez complexe.
Du coup, Mélanie Thierry est à chaque fois à la limite du trop (jouer une noble trop aristo) et le "pas assez" (une amoureuse limite ado). Mais elle s'en sort convenablement lorsqu'elle laisse parler certains effets naturels chez elle: son rire, son regard et sa présence limineuse, qui l'empêche de tomber dans ces deux travers.

 

La surprise, si elle en est une, vient de Lambert Wilson. Il illumine aussi ce film de par son jeu,lui. Le texte semble naturel dans sa bouche. Il amène de la classe à un personnage amoureux, un chevalier penseur issu d'un milieu plus modeste que son entourage. De par cette présence et un jeu très sincère, il porte une grande majorité de de la crédibilité de cette production sur ces épaules. Et ca fonctionne!

 

Le bémol vient de deux acteurs:

-Grégoire Leprince-Ringuet: un jeu fade, on y sent aucune émotion, lui qui doit nous montrer et nous faire ressentir cette jalousie du mari trompé. Il mache la moitié des mots, n'est pas du tout dans le ton. Résultat: on décroche la plupart du temps sur ces scènes sauf lorsque la réplique est donné par nos deux acteurs principaux cités précédement.

-Gaspard Ulliel: le guerrier, assez facile de l'interpréter dans son attitude mais il n'arrive pas à donner une consistance, de l'ampleur à son personnage. On nele croit pas amoureux, alors que je vous assure, c'est dans l'histoire! La complicité avec Mélanie Thiery ne parait pas du tout évidente à l'écran, on en est même assez loin.

 

A signaler de très beaux combats, pas assez nomnreux certes, mais de qualité. Ils sont très bien chorégraphié, on sent qu'ils ont été travaillé.
Un petit plus aussi pour les costumes qui servent à merveille notre imaginaire.

 

Pas un grand film,certes, mais un film agréable, plaisant, de petites longueurs que l'on oublie assez vite en se demandant: que va t'il advenir du Comte de Chabannes?

 

Commenter cet article

azerty75 27/07/2011 10:33



Je pense que ce film n'est pas le meilleur de Tavernier mais qu'il montre effectivement que Lambert Wilson a pris une autre ampleur en tant que comédien, comme le démontre aussi: "Des Dieux et
des Hommes"



À propos

Musiques, Films, lectures, découvertes, redécouvertes d'artistes, de groupes d'albums musicaux